Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 21:56

               

What a lovely day !!!

  Il y a des films comme ça, qui sont des légendes. Des films dont on attend une suite, mais pas trop non plus, par peur d'être déçu. Mad Max, c'est ça. Les pieds dans le futur et le regard tourné vers le passé, le tout saupoudré de poussière et aspergé d'une bonne dose de pétrole.

Mad Max, c'est d'abord un flic drivant son Interceptor dans une Australie balayée par le chaos. Un fic qui perd d'abord son meilleur pote, puis sa femme et son fils. Et qui se perd ensuite. Le justicier devient le vengeur. Qui atteint son but, mais erre désormais, drivant son V8 à travers l'Apocalypse et le temps.

Mad Max, c'est le guerrier de la route. Pilote errant, puis pilote de camion citerne. Il roule toujours, malgré les attaques, au-delà des dunes...et au-delà du dôme du tonnerre.

Mad Max, c'est le Captain Walker. Une sorte de Peter Pan devenu un peu trop vieux, un peu trop cassé, un peu trop solitaire...un sauveur condamné à rester seul.

Seul, à braver la route de la fureur. Avec pour fidèle compagne la Ford Falcon...

Max, c'est un héros malgré lui. C'est un pauvre gars malmené par la vie. Il n'initie pas, mais il subit. Et il est autant spectateur que nous de ce qu'il lui arrive. Aussi la narration n'est-elle pas focalisée sur lui, mais est-elle omnisciente, et nous permet de prendre de la hauteur. Et Max y gagne en force, quoi qu'en disent ses détracteurs y voyant un film féministe, castrateur du héros éponyme. Chaque réplique, chaque action de ce personnage est rare et du coup, hyper badass.

Il a survécu à bien des choses, l'intercepteur, depuis qu'il a raccroché ses gants (en cuir) de flic. Reviennent pourtant dans cette confusion générale des figures familières, des scènes qui nous parlent, quelques 35 ans plus tard.

 

• Des femmes badass

  L'univers de Max Rockatansky est émaillé de femmes fortes. Fi des belles faisant office de géraniums en détresse ! Dans ce western qu'est le futur, les femmes (bien que belles, mais leur rôle ne se limite pas qu'à ça) se battent pour survivre. Elles puent la sueur, le sang et la poussière. Elles deviennent même parfois des Entités, maîtresses d'oasis au milieu du désert. Alors que le monde s'effondre, échappe à certaines le statut d'être humain, jusqu'à n'être plus que du bétail (des vaches à lait et des poules pondeuses, littéralement). Mais sur les vestiges d'un monde civilisé oublié, se reconstruit peu à peu la conscience de ces femmes de leur humanité.

Si le fait que des femmes affirment qu'elles "ne sont pas des objets" choquent des hommes au XXIième siècle, c'est quand même trèèèès moche.

 

• L'innocence des enfants (et des jeunes en général).

  L'enfant-nourrisson, source de joie d'un couple. L'enfant-chasseur au boomerang, s'émerveillant devant une boîte à musique. Les enfants-perdus, attendant le Capitaine Walker. La jeune Savannah, conteuse du passé et du futur. La jeune blonde "qui a toutes ses dents", gardienne des graines du monde d'hier. Ce sont autant de représentations de la candeur dans un monde de brutes.

 

• La hantise du passé, l'incertitude de demain.

  La Terre est ravagée, le bonheur de notre héros aussi. Qui se retrouve tourmenté par les fantômes de ceux qu'il n'a pu sauver. La folie de celui-ci a mûri dans le temps, de façon progressive, depuis la mort des êtres qu'il chérissait le plus, jusqu'à celles de compagnons rencontrés au cours de son errance.

Furiosa se fait également rattraper par le passé, d'une façon plus douloureuse. Ses doux souvenirs ont été détruits par une réalité amère et sans espoir. On y trouve une sorte d'écho à cette histoire d'enfants guettant l'arrivée du vent pour s'envoler, dans un avion aux ailes brisées, vers une vie meilleure.

 

• Des fils rouges, plus ou moins ténus...

  L'eau et le pétrole sont les nerfs de la guerre. Hugh Keays-Byrne, le méchant Toecutter devient Immortan Joe. Le V8 qui traverse les époques. Et d'autres menus détails qui interpellent.. :)

 

 

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Cinéma
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 21:31

...in progress...

Repost 0
Published by Lady Sweeney
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 11:03

Il y a des événements tristes, à l'instar du décés de Michael Clarke Duncan...

johncoffeyXmrjingle.jpg

...& d'autres plus joyeux, comme le commencement de la saison 4 d'Engrenages (bien que "joyeux" ne me semble pas être un terme tout à fait indiqué pour qualifier cette série.) mais surtout comme l'arrivée de la saison 7 de Doctor Who, après la fameuse mise en bouche Pond Life.

Pour la série événement de Canal+, je ne m'étalerai pas davantage que ces quelques mots étant donné que n'ayant pas le câble, je n'ai pas pu voir ce début de saison 4. Qu'importe, je finirai tôt ou tard par y avoir accés & ferai de nouveau entendre ma voix (ou du moins les cliquetis de mes charmants petits doigts le clavier) à ce moment-là. Toujours est-il que la promo entourant cette saison était diablement sexy, & qu'il faut leur reconnaître ça, à Canal+.

spiral4.png

Quant à Doctor Who, je ne serai pas beaucoup plus expensive. Parce que je suis une flemmarde & que je n'ai pas le temps. Je vais donc essayer de concentrer mon enthousiasme & de ne pas me disperser. Parce que ce premier épisode était juste...magnifique. En tous points. Rory est tellement...Rory (le coup de "Eggs...eggs...EXTERMINATE !" a de peu manqué me faire mourir de rire.). Amy est tellement...Ecossaise ("Well, somebody's never been to Scotland !") & Amy+Rory= un couple qui, apparement prériclite, mais surtout se retrouve fourré dans des situations pas possibles ! (Kicé qui perd le bracelet qui empêche les jolies rousses de se transformer en Dalek, mmmh ? Kicé qui se retrouve séparé du reste du groupe & qui se retrouve tout seul à affronter des tas de Daleks poussiéreux ?) Ces deux abrutis trouvent bien sûr le moyen de nous faire piauler comme des madeleines, parce qu'ils s'aiment, nom d'une pipe, & que chacun est prêt à se sacrifier pour l'autre ! Quant à Eleven, il a toujours autant la patate. Il sauve son petit monde (& répare même le couple Pond), bondit un peu partout & rajuste son noeud pap'. Il se demande comment on peut faire des soufflés sans pouvoir s'approvisionner en oeufs & en lait. Ça peut paraître loufoque mais ça ne l'est pas. Car on rencontre Madame la-future-compagne-du-Doctor. Celle-ci est brune, drôle & jolie. Mais voilà, elle se rappelle faire des soufflés alors qu'elle ne peut pas. & pour cause, elle est...un fuckin' Dalek ! & à, j'en suis restée sur le baba (au rhum) les amis ! Parce que le coup des humains changés en Cybermen, okay...mais le coup d'une humaine changée en Dalek mais qui même en Dalek se prend toujours une humaine...c'est relativement nouveau. & la pauvre Madame "Doswinalek" d'apprendre la cruelle vérité de la bouche du Doctor, bin, ça prend aux tripes. Mais pas trop. Parce qu'on se doute bien que ce grand crétin tout chevelu, il a flashé sur elle & que d'une façon ou une autre, celle-ci va se retrouver à ses côtés dans le Tardis. 

iamhuman.png

"I am human. Remember me."

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Il paraît que...
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:45

 

& ça, c'est pas cool. A peine suis-je en vacances que toutes les séries que je regarde s'achèvent avant de reprendre en septembre-octobre ou dans un an dans le pire des cas. Petit tour d'horizon & impression sur le final de celles-ci...

Supernatural : What the f...? (07x23)

Supernatural, c'est ZE série qui ne m'attirait pas plus que ça & que j'ai commencé à regarder, contrainte & forcée par ma petite soeur (alias « la chieuse ».) Il s'est révélé que cette expérience n'étant pas si traumatisante que cela, je me suis enquillée les 7 saisons en l'espace d'un mois (& pas forcément dans l'ordre...). Peut-être est-ce parce que je n'ai pas vue la série dans l'ordre chronologique, mais je ne trouve pas que celle-ci ait plus souffert de lacunes scénaristiques entre la première saison & la dernière, contrairement à pas mal de critiques vues sur internet selon lesquelles la série avait perdu tout intérêt depuis la fin de la saison 5 (qui, je vous l'accorde, aurait pu faire une belle der-de-der de la série.) A vrai dire, j'aime tellement le casting de SPN, que je pourrai regarder un épisode dans lequel l'intrigue serait centrée sur des mouettes mutantes que les Winchester doivent affronter dans une déchetterie tout en m'en délectant. Oui, à ce point là.

http://25.media.tumblr.com/tumblr_lxn36wnjEl1qe8a0fo9_r1_250.gif

La saison 7 semble parfois un peu bancale, certes, mais les Leviathans sont quand même de sacrés adversaires à côté desquels Anges & Démons passent pour des petits zizis. Ce qui n'est quand même pas rien. Le seul truc qui me chiffonne dans toute cette histoire, c'est...quid de Dieu ? Parce que quand Lulu sort de sa cage pour passer un grand coup de balai sur Terre, Chu...herm, pardon : Dieu file un petit coup de pouce aux Winbro, mais que dalle quand il s'agit de l'invasion du monde par les pires bestioles qui soient ?! God, il serait peut-être temps de te sortir les doigts du c... (à moins qu'il soit parti pêcher sur une autre planète d'une lointaine galaxie ou un truc dans le même goût ?) Bon okay, un prophète a été « dépêché » pour traduire la notice de trucidage des Leviathans. C'est quand même super faiblard, d'autant plus que celui-ci a vu ses Anges de garde trucidés avec une facilité déconcertante. Il y a également Castiel, qui lui, a été « repêché » (avec cette éternelle question : par qui ?). Cassy pense que ses résurrections répétées sont sa punition (divine ?) pour toutes les exactions qu'il a commise, aussi bien sur Terre qu'au Paradis.

Cet épisode final de la saison 7 se conclut donc par Sam & Dean (ainsi que Castiel & Meg, qui l'eut cru ?) qui font exploser Dick. Ce qui serait au demeurant assez cool (quoi que je l'aimais bien le Dick moi, très classieux comme adversaire...) si ce dernier n'emportait pas Castiel & Dean avec lui...au Purgatoire. Oui, au Purgatoire les enfants. Dean pourra nous écrire un guide du routard sur l'Enfer, le Purgatoire, sans oublier le Paradis ! & apparemment, cet endroit craint plus encore que l'Enfer, puisque s'y trouvent un peu toutes les vilaines choses que les Winchester s'appliquent à chasser depuis maintenant 7 saisons (& pour lesquelles Cassy a joyeusement servi de réceptacle pour quelques épisodes...). Haha...hahaha. Bah on va se gausser. Enfin « on », Dean va vivre des moments assez angoissants, on peut assez bien l'imaginer, quoi qu'il est accompagné par son Ange gardien, qui a recouvré ses esprits. Quant au pauvre Sam, celui-ci va certainement devenir dingue (une fois n'est pas coutume) en cherchant un moyen de ramener son frangin (une fois n'est pas coutume – bis.). D'autant plus qu'il se retrouve un peu seul au monde, dépourvu de tous ses alliés d'autrefois, qui sont morts les uns après les autres au fil de la série. Même Crowley, ce cher Crowly, va le laisser se dépatouiller seul, trop occupé qu'il va être de chasser les derniers Leviathans restants & de devenir roi du monde. & puis bon, ce ne serait pas vraiment dans son intérêt de ramener l'aîné Winchester sur Terre.

En résumé : un excellent final, qui a certainement dû calmer les inquiétude de ceux qui pensaient que la série avait épuisé toutes ses ressources, & raviver la flamme chez eux !

 

Grimm : Trop de cliff tue le cliff. (01x22)

Ce qui est dommage avec Grimm, c'est que cette série a un potentiel fou mais que celui-ci est exploité très inégalement. La qualité des épisodes est loin d'être la même à chaque fois & en guise de final, en lieu & place d'un feu d'artifice, on a plutôt l'impression de voir une caisse de pétards exploser. Aussi, aurait-il été plus que suffisant que la saison 1 se finisse sur Juliette au bois dormant & sur un Nick totalement désespéré qui tente de sauver sa Belle...mais que nenni, on se retrouve avec un super vilain qui a tué les parents du Grimm, qui au passage malmène mon pauvre Captain Renard, mais qui n'est finalement pas si doué que ça parce que la maman de Nick, bin...elle a l'air plutôt vivante pour une macchabée. C'est plutôt osé de finir une saison sur ce genre de révélation, mais surtout, ça fait de trop. Il y a tellement de questions irrésolues, mais qui ont été abordé de manière tellement bordélique que je suis bien curieuse de voir comment les scénaristes vont réussir à sortir leur épingle du jeu en nous livrant une saison 2 construite mais surtout logique. Donc bon, final qui m'a laissé perplexe...

 

Once Upon a Time : Où il est question d'une pomme, d'un dragon & d'un nuage violet... (01x22)

OUAT, ou la série qui m'a fait échafauder les pires théories qu'il soit quant à l'identité des personnages. Bin oui, je croyais dur comme fer que August était Bae (pourtant ça semblait évident que c'est Pinocchio !). Le final m'a moins laissé de marbre que celui de Grimm, & pour cause, Belle & Rumpy sont de nouveau réunis (je ne vous explique même pas dans quel état je me trouvais à ce moment là...une vraie gâteuse...), mais surtout, le coup du nuage magique qui déboule dans Storybrook m'a laissé totalement pantoise. Je m'attendais à tout sauf à ça ! Il semblait évident qu'Emma briserait la malédiction (par contre, nous faire mourir & ressusciter Henry en à peine un épisode, c'était un brin trop rapide à mon goût...& puis ne consacrer que quelques pauvres minutes au triste sort de August, c'est pas glop...même si ça ne m'a pas empêché de verser ma petite larme.)

Ce qui est vraiment incroyable avec cette série, c'est que c'est au moment où les masques tombent que certains personnages se révèlent être plus complexes qu'au premier abord. Je ne parle évidemment pas de Charming & de Snow qui vont pouvoir se papouiller en toute connaissance de cause (j'ai failli écrire « tranquillement », mais avec Regina qui a récupéré ses pouvoirs, ça ne va pas être une sinécure !), mais prenons l'exemple de Jefferson. Pourquoi diantre a-t-il aidé Belle a s'échapper ? Pour se venger de Regina ? Euuuh ouais. Pourquoi Rumpy a-t-il souhaité le retour de la magie à Storybrook ? Pour que Bae puisse le retrouver ? Mais vivre sans magie n'était-il pas la promesse qu'il avait faite à son fils ? D'autant plus que notre Sorcière bien aimée ne va pas se gêner pour tourmenter Rumpy, parce que bon, il faut avouer qu'il l'a quand même bien enquiquiné quand il n'était que Mr Gold. Est-ce que cette magie raménera Grahama à la vie ? & ne touche-t-elle que Storybrook, ou l'ensemble de notre monde (perspective qui serait tout à fait plaisante...) ? & puis en fait, c'est qui le papa de Henry ? & si c'était Bae, ce serait quand même vachement rigolo ?! (Papi Rumpy...hahahaha !)

Mais surtout, question à 3 peanuts : la post-production sera-t-elle plus généreuse sur les (beaux) effets spéciaux pour la saison 2 ?

 

Game of Thrones : Des tripes ! Du sang ! Du sexe ! (02x09)

Non, je n'ai toujours pas vu le dernier épisode de GoT. Je retarde l'échéance à la vue de la (trop) longue attente entre cette saison 2 & la saison 3. Toujours est-il que l'avant-dernier épisode est tout simplement stupéfiant. Ceux qui réclamaient à cor & à cri une bataille ont été plus que servi, parce que ça explosait, saignait, gueulait de partout ! Un véritable plaisir, aussi bien visuel qu'auditif (Le passage dans lequel Bronn chante The Rains of Castamere m'a flanqué la chair de poule !)

Bref, un jour je regarderai le dixième épisode du Trône de Fer. & je ferai une review. Peut-être...

 

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Il paraît que...
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 16:37

...enfin des "tas", j'exagère peut-être un petit peu. Bon alors, quoi de neuf depuis tout ce temps ? Dans l'ordre (plus ou moins...)

 

○ J'ai décidé de laisser une chance aux séries françaises & je me suis donc logiquement tournée vers Canal+, en m'attaquant à de beaux morceaux : Braquo & Engrenages. Ces séries, bien que toutes les deux dans le registre policier, sont trop différentes pour que je puisse réussir à dire laquelle je préfère. Braquo a cet avantage de nous faire oublier des trucs poussifs tels que Navarro & co auxquels la télévision franchouillarde avait pu nous habituer, en faisant un truc assez bien voire mieux que les Ricains (attention aux amalgames, je n'ai pas écris "comme" les Ricains. Nuance. Quoi que...) Tandis qu'Engrenages est certes moins tourné vers l'action & davantage réaliste que son homologue marchalien, mais a cette vertu de mettre en lumière des personnages à la psychologie finement ciselée & évite bien plus les pièges de la caricature que sa collègue plus musclée. Bref, je me suis enquillée les respectivement 2 saisons pour l'une & 3 saisons pour l'autre en un rien de temps, & force est d'admettre que ce qui fait la force de ces séries sont les acteurs. Magnifiques, tout simplement. Mes chouchous étant Jean-Hugues Anglade (aka Eddy Caplan) & Philippe Duclos (François Roban). Je ne développe pas plus, étant donné que je compte consacrer quelques billets à ces séries. Après, Dieu seul sait si je réussirai à le faire. Pour retomber dans la monotonie & d'un moindre calibre, saluons au passage le retour de Profilage, (TF1 écrivant vraiment des fictions de fillettes par rapport à Canal+) sans Guillaume Cramoisan, ayant quitté le navire & remplacé par Philippe Bas dans cette saison 3. Que dire ? Pas grand chose, il arrive toujours des trucs pas possible à cette pauvre Chloé, qui arrive à sauver les autres, mais qui se débat comme une mouche engluée dans de la confiture quand il s'agit de sa vie personnelle & sentimentale. Ça se laisse regarder, Odile Vuillemin s'éclate & nous aussi par la même occasion.

 

BetE.png

 

○ Sinon, Game of Throne [insérez ici cris de groupie/ON] a fait son come-back [insérez ici cris de groupie/OFF]. & là, je suis soufflée. Vous savez, vous avez toujours cette crainte d'être déçu après une excellente première saison - tellement bonne que c'est pas envisageable de faire mieux. & pourtant, les 2 premiers épisodes de cette saison sont...démoniaques. Oui, démoniaques ai-je tapé, parce qu'à peine votre épisode fini que vous savez que allez passer une semaine de souffrance mentale en attente du suivant. Cette série, c'est le mal. Je déteste de plus en plus ceux que je détestais déjà & j'aime de plus en plus ce que j'idolatrais dans la saison 1 (même si mon amour me fait un petit peur...mais c'est pour ça que je l'aime.) Par contre, je pense qu'il va être fondamental que je me mette aux bouquins parce que ça commence quand même à faire beaucoup de personnages & je crains de décrocher (certaines scènes m'ont un peu fait bailler, cf Stannis & Mélissandre qui me laissent de marbre ou encore les joyeuses (haha) tribulations de Daenerys qui ne font pas trop avancer le Schlimblick.)  Un jour, peut-être, je ferai un vrai article sur cette formidable série...un jour...

 

GOT.png

& peut-être en profiterai-je pour mettre une photo pertinente & non pas juste pour le fun...

 

○ Côté séries américaines, il y a également eu le grand final de The Walking Dead devant lequel je me suis littéralement pâmée...ceux qui ont lu les Comics comprendront (Michooooonnnne ! Hiiiiiiiiiiiiiik !). Il y a du zombie partout, du sang par la même occasion & les caractères se forgent. Bref, it's clobbering time & c'est fucking good.

TWD.png

Finalement, Shaun avait raison : l'amour humain/zombie, c'est possible.


Petite baisse d'intérêt pour The Good Wife, certes, la série est toujours de qualité mais les intrigues perdent un peu de leur saveur ou alors c'est du gros n'importe quoi (cf cet épisode avec Sweeney, que je me faisais pourtant une joie de retrouver, qui était au final un pur port nawak avec des moments bien WTF...je me demande ce qu'ils avaient pu consommer les scénaristes au moment où ils ont écrit ce truc.) Je ne me souviens même plus à quel épisode je me suis arrêtée mais je dois en avoir 2 de retard sur le planning américain. & pas vraiment une très grosse envie de m'y remettre.

 

○ A signaler (parce que personne d'autre que moi ne le fera...) comme retour également, celui de Murdoch Mysteries, avec une saison 5 qui ne m'a pas émoustillée plus que ça pour le moment. Ok, je n'ai vu que le premier épisode, il est donc un peu tôt pour lancer la pierre, d'autant plus que je suis très attachée aux enquêtes de Murdoch. Toutefois, je n'ai pas trouvé cet épisode supra-convaincant, à peine "honnête" (comme aimait le dire mon moniteur d'équitation...) Je ne sais même pas où ils en sont rendus dans le planning de diffusion au Canada, & il est plutôt coton de choper les épisodes en vostfr (Hophophop, on ne se marre pas hein, je suis bilingue, mais seulement en sous-titrés !)

 

 Once-upon-a-time-12.png

○ & pour finir, je me suis attaquée à une nouvelle, plus par curiosité & par nostalgie qu'autre chose : Once Upon a Time. Bon...je suis devenue addict à celle-ci, je le concède. Les acteurs sont à fond dans leur trip, l'histoire est originale, la psychologie des personnages pas mal travaillée...mais alors qu'est-ce que les effets visuels sont laids & qu'est-ce que le scénario peut-être mal foutu par moment ! Alors petit speech d'intro pour ceux qui ne connaitraient pas : OUAT, c'est l'histoire des personnages de contes de fées qui, frappés par une malédiction, oublient qui ils sont réellement & sont condamnés à vivre dans notre monde dépourvu de magie, & sous le contrôle de la méchante Reine qui les a maudis, qui est le maire de la ville dans laquelle ils sont enfermés & dans laquelle le temps s'est arrêté. Heureusement pour eux, la fille de Blanche Neige & du Prince charmant, qui a pu échapper à ce triste sort grâce à une armoire magique, va venir leur redonner l'espoir en remettant peu à peu en cause le régne de la vilaine maire, & ceci bien malgré elle. Au nombre de mes chouchous, Jared Gilmore (Henry, le fils adoptif de la heel & fils bilogique de la face; le seul qui croit en cette histoire de malédiction & qui recherche qui sont réellement les gens de Conteville) & Robert Carlyle (aka Mr Gold aka Rumpelstiltskin/Tracassin & Beast/Bête, qui cabotine tellement que s'en est totalement jouissif...je ne peux d'ailleurs pas empêcher un sourire niais d'apparaître sur mon visage quand Rumpel pointe le bout de son vilain museau. & puis il est tellement en osmose avec Emelie de Ravin/Belle. ♥) Bref, c'est frais pour ceux qui sont accros au fantastique comme moi. Par contre, c'est peut-être un peu trop girly pour les autres, & je dois concéder que les dialogues ne brillent pas toujours d'une particulière pertinence &/ou intelligence, & le théme plus que central est l'amour. & l'amour. Puis l'amour. Donc bon, ça peut paraître réducteur mais il est vrai que les épisodes ne tournent quasiment que sur cette redondance. Il y a quelques moments de bravoure, d'amitié, (trop) peu d'humour...mais ça parle beaucoup de coeur. Comme je suis grande Dame, très ouverte d'esprit mais surtout bien habituée à tout ce tintouin because la formation reçue dés monplus jeune âge en passant des heures devant Fantaghirò, je n'en fais pas grand cas (& pourtant, je déteste les trucs à l'eau de rose.) CEPENDANT (& c'est un cependant de taille, un cependant de compétition, un cependant digne des JO...), s'il y a un truc qui m'a fait crisser, qui m'a violé les yeux & fait perdre toute foi en la technologie humaine, c'est l'équipe post-prod des effets spéciaux de OUAT. Non, parce que tourner devant un écran vert, bien que ça ne doive pas être très joyce pour les acteurs, j'admets. C'est monnaie courante. Mais ce que je n'admets pas, mais alors pas du tout, c'est que l'on fasse tourner devant écran vert pour des résultats assez médiocres ! N'ayons pas peur de le dire : les animations de OUAT sont moches. Mais alors incroyablement caca pour un truc qui a à peine un an. C'est peu de le dire, j'ai cru perdre la vue devant l'épisode du Chapelier Fou, dans lequel Wonderland semblait tout sauf wonder. Vraiment, mais alors vraiment très très moche. Heureusement que les acteurs ont plus de gueule que les décors numériques sans quoi la série serait vraiment dans le pâté. Mais bon, j'ai quand même super hâte de voir les 4 derniers épisodes de cette première saison, certes perfectible mais prometteuse.

rumpelstitskin.png

Oui, j'aime les méchants vicieux. & alors ?

 

Voili voilou pour ce qui est de nouveau, sinon je suis allée voir "Pirates : Bons à rien, mauvais en tout.", j'ai été très heureuse de retrouver l'humour bien british & la pâte à modeler walacégromitienne; & bien que j'ai pu croire que j'allais regretter de ne pas être allée le voir en vo, le doublage d'Edouard Baer m'a totalement charmée (d'ailleurs, avez-vous vu la ba du dernier Astérix ? Je crains le pire mais amis, mais comme je suis une fan d'Ed, il se peut que j'aille voir ce truc. Ça ne peut pas être pire que Qu'Astérix aux JO après tout, non ?!) & en ce moment même, je me bats pour regarder Grimm...car quitte à continuer dans le fantastique, autant y aller à fond. Pour finir, dans la catégorie "Je me fais des chouchous même dans les séries que je ne suis que sporadiquement parce que ma petite soeur me gave avec ça", je suis devenue une groupie de DJ Qualls (aka Garth Fitzgerald de Supernatural) grâce à Mr Fizzles. D'ailleurs, je me demande si celui-ci n'a pas de lien de parenté avec Jared Gilmore parce que je trouve qu'ils ont les mêmes expressions faciales, c'est assez ahurissant !

djqualls.jpg

 

PS : & dans la catégorie "je suis super fière de moi parce que j'ai l'impression d'apporter la parole divine", j'ai réussi à rendre mon père accro à Sherlock & ma soeur à GoT.

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Il paraît que...
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:01

...que de tenir ce blog à jour ! Pourtant, j'étais sur tous les fronts : regardage en bonne & dûe forme de la cérémonie des César en live, suivage de très près des Oscar, visionnage de Cheval de Guerre au ciné, rattrapage de retard de The Good Wife & mis-ag-our (bôf bôf sur ce coup là...) de The Walking Dead.

 

Bon faire vite, Cheval de Guerre n'est pas mauvais. J'ai même racheté le bouquin juste en sortant du ciné, car étant donné l'état exécrable de ma mémoire, j'oublies assez facilement quelques scènes (voire personnages) au bout de 10 ans (Ah déjà ? Bin le coup de vieux que j'accuse d'un coup !) Le casting est énorme (petit sourire niais en constatant "Tiens, le Sherlock de Moffat & Gatiss !" "Oh, le Lestrade de Guy Ritchie !"   ) Breeeeef, il suit cependant très bien l'oeuvre originale; même si je pense que le film aurait gagné en intensité si Joey avait été le narrateur de tout ce bazar; à l'instar du livre. Bien que le film dure près de 2h30, il n'y a pas réellement de temps morts & c'est d'ailleurs quelque chose d'assez difficile à gérer pour le spectateur : beaucoup de personnages, qui s'enchainent & se suivent à une vitesse folle. & puis certains dialogues qui m'avaient marqué gamine n'ont pas été repris à l'écran, donc petite déception. Sinon, photographiquement parlant, plutôt joli...même si certaines scènes violent l'oeil de par leur esthétique criante de manque de naturel. VF bien sûr abominable; m'enfin, on fait avec ce q'on a...pas le film de l'année en définitive mais un bon divertissement toutefois. (j'y suis quand même allée de ma petite larme, mais j'anticipais tellement cette scéne que je chialais d'avance.)

 

& je n'ai toujours rien dit de Sherlock 2 & sur le Millenium américain...sachant que j'ai un emploi du temps suprasuperchargé...Alors côté séries, ça me donne :

 

• The Good Wife : 03x15 - Là, ça ne rigole plus. Ça parle de conflits en Syrie, sur fond d'enquête disciplinaire sur notre cher Will Gardner (Hm, même si l'inverse serait plus juste.). Résultats de courses : Lockhart & Gardner prouvent la culpabilité des méchants, Diane sauve Will grâce au Pro-Bono (= aide juridictionnelle) sur lequel il a toujours craché, ce dernier écope d'une suspension d'exercice du droit de 6 mois & du coup, on refile un dossier "patate-chaude" que celui-ci avait pour habitude de s'occuper en loucedé à Alicia : celui de Kalinda. Qui semble décidément avoir des tas d'ennuis. Vraiment, cette série est classe & brille de la maestria de ses acteurs (phrase qui ne veut absolument rien dire mais j'ai mal fou à m'exprimer dans un français un tantinet correct ces temps-ci, veuillez m'en excuser.) Remerciement spécial à mon Elie Gold (personnage que je vénére décidément...), nous délivrant des pépites d'humour sur plateau d'argent, avec son numéro de jetaimemoinonplus exécuté de main de maître en compagnie de son ex-femme (vous savez, celle qui a couché avec un Ben Laden...mais attention, le GENTIL Ben Laden. )

 

• The Walking Dead : 02x10 - Des trucs biens & des trucs moins biens. Mais globalement plus bien que moins bien : Rick s'affirme (enfin) face à un Shane de plus en plus délirant (parce que Rick à beau avoir une super capacité à encaisser les trucs énormes & bien caca qui lui arrivent, y'a un moment où faut pas pousser mémé dans les orties non plus !), ce qui conduit nos deux amis à se foutre joyeusement sur la gueule...& accessoirement à une invasion de zombies. Daryl qui boude, mais moins depuis que Loris a manqué de se faire bouffer par des Rôdeurs (ay Caramba, raté ) mais surtout des moments parfois loooongs & qui semblent redondants (questions existencielles & autres niaiseries du genre...j'aime bien que soit creusée la psycho des perso, mais pas au détriment de l'action, crédiou !)

 

 

GoT-littlefingers.png

 

The Game of Thrones : saison 1, que je viens de me goinfrer en l'espace de 3 jours. Cette série est...impressionnante (plus je regarde des séries de qualité, moins j'ai de vocabulaire adapté. Arrêtez de faire des séries de qualité aussi les gens làho !) Scénario impeccable, admirablement exécutée & limpide. Parce que bon, c'est pas forcément super simple de poser d'emblée une histoire de royaume, subdivisés en couronnes, elles-même composées de familles (maisons) différentes; sans parler de la supra divisio qu'est le fameux Mur lui-même. Pourtant, c'est relativement aisé à comprendre grâce à des dialogues finement ciselé, & jamais inutiles. Beau & intelligent. J'adore. Casting brillant, avec notamment Boro...oups, Sean Bean à la barre. Car oui, GoT, c'est du Seigneur des Anneaux, mais en format série. Certains reprochent le côté un peu trash...mouais bon, j'ai vu pire. Quelques scènes "osées" dirons-nous (je ne pas du tout impressionnable de ce côté là alors j'ai une conception très étroite de ce qui peut-être choquant.), mais qui ont leur place dans l'intrigue. Soit pour mettre en lumière la sanité d'esprit ambiante régnant dans les hautes sphères du Royaume (oh du viol. Tiens, de l'inceste...youpi la consanguinité !), soit pour façonner dans le détail le caractère & motivations profondes d'un personnage (cette scène "d'entrainement à la prostitution" dans la maison close de Petyr est finalement un vrai régal ! Je devrais écrire une thèse dessus, je me sens très inspirée...) Pour les petites éclaboussures d'hémoglobines; je reconnais qu'il ne faut pas y être spécialement sensible. Surtout pour les gens qui aiment les animaux. Enfin, les chevaux...qui mangent quand même bien leur caramel au cours des joyeuses péripéties de ces nobles gens. Mais je m'arrête là, car j'escompte faire un billet sur toutes ces joyeusetés...avant la sortie de la saison 2. Dans un mois tout pile. Gni, j'ai hâte.

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Misson impossible
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:21

Alors que Jean Dujardin faisait le con au SNL (US), puis traversait les mers pour recevoir un BAFTA, aux côtés de Thomas Langmann & Michel Hazanavicius (UK)...

 

bafta_awards_artist_team-600x400.png

 

...il y a Whitney Houston qui mourrait dans une chambre d'hôtel en Californie.

 

 


 

Bodyguard...l'un des films que j'ai dû le plus voir depuis que je suis toute petite. Je rêvais de devenir comme Whitney quand j'étais gosse, elle semblait faire partie de ses gens touchés par la grâce & à qui il ne peut rien arriver.

Malheureusement, ça ne se passe pas comme ça dans la vraie vie & même le garde du corps le plus zélé de l'univers ne peut sauver quiconque de lui-même & de ses démons. & tout comme Michel Drucker, je me prends à espérer qu'elle trinquera "aux bars des légendes" avec Michel Gainsbourg, cette fois à l'eau plate...

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Il paraît que...
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 22:29

Voilà, je voulais faire un billet sur l'épisode 03x14 de The Good Wife (qui est excellent, soit dit en passant...) & je me retrouve à bafouiller à propos de...Inspecteur Barnaby (dans nos grenouillantes contrées, Midsomer Murders chez nos amis outre-Manche, ce qui est beaucoup plus joli.)

Car oui, on peut avoir moins de 80 ans & aimer cette série. Le Midsomer de Caroline Graham (l'auteure de la série des enquêtes de Barnaby dont s'inspire la version télévisée) , ça me fait penser au Long Piddleton de Martha Grimes, ma plume (bien qu'Américaine) favorite de Polar : une petite bourgade avec des personnages hauts en couleurs, des flics sympathiques, des paysages bucoliques (puisqu'anglais !) mais surtout de l'hémoglobine en veux-tu en voilà !

Vous l'aurez compris : je suis super fan des polars à l'ambiance british; au doux fumet de scones tout justes sortis du four, mêlé au parfum du thé & des beans on toast.

Actuellement, la série en est à la diffusion du deuxième épisode de la saison 14 sur France 3, malgré cette presque ponctualité des diffuseurs français, j'ai pris un peu d'avance parce que je dois avouer être sous le charme du "renouveau" que connait cette série depuis le départ de John Nettles. Non pas que je n'appréciais pas l'acteur, il faut au contraire saluer la performance de celui-ci, à savoir tenir fidélement le rôle du DCI Tom Barnaby pendant pas moins de...13 saisons ! & cela en changeant 3 fois d'acolytes à l'écran sans que l'intérêt des téléspectateurs ne s'effrite (même si on a tous notre chouchou...) Donc arrivée du DCI John Barnaby en ouverture de cette saison 14, avec sa femme & son chien. le DS Ben Jones ainsi que le Dr Bullard sont encore toutefois là pour assurer une sorte de transition en douceur, mais dans une moindre mesure pour le légiste, qui laisse sa place à une très blondinette toubib dés l'épisode 4 !

Alors qu'est-ce qui change avec ce nouveau flic aux rênes ? De prime abord, pas grand chose : Ben est toujours aussi...Ben. Les meurtriers toujours mortels & les cottages aussi charmants qu'auparavant. Cependant, même si la mayonnaise semble avoir un peu de mal à prendre en raison d'incorporation d'ingrédients qui ne semblent pas être à la même température que les autres, l'intérêt ne fait que croitre au fil des enquêtes; faisant notamment une part belle à la psychologie & mettant les personnages dans des situations inédites, sans toutefois dénaturer l'ensemble.

 

Trêve de généralités, passons au concret. L'épisode 1 de la saison 15 m'a littéralement soufflé : ouverture sur un manoir (que dis-je ? Un château !) gigantesque sur le toit duquel un papy essaie de fixer un drapeau, par une nuit tempêtueuse. Tueuse en effet, car apparaît un cavalier sans tête (...WFT ? ) qui pointe du doigt notre bonhomme, qui ne trouve rien de mieux que de choir. Comme vous regardez Midsomer Murders, vous vous doutez bien que notre pauvre victime ne va pas s'en sortir avec un morceau d'Hansaplast sur le coin de la tronche, mais bel & bien décéder en bonne & due forme.darkrider.png

Pour faire un rapide résumé, notre Macchabé faisait partie d'une famille d'Aristo un peu fêlée sur les bords : les DeQuetteville; qui comptent parmi leurs ancêtres Geoffrey DeQuetteville ou le Cavalier...notoirement sans tête.

Bref, grosse ambiance Sleepy Hollow à Midsomer !

 

heartcooking.PNG

 

& il y a même Madame Rebel Flesh en chef de Doctor Who !

ohwait-copie-1.PNG

  Que du bonheur ! Cet épisode est vraiment très bon (je ne développerais absolument pas l'intrigue dans cet article, si vous voulez connaître le pourquoi du comment, faudra regarder ! Mwahahaha !) car, en plus d'un scénario bien ficelé, les acteurs sont brillants ! Vous ne le saviez sans doute pas mais un acteur au casting a une filmographie bien remplie, avec  Pirates de Caraïbes & Sweeney Todd entre autres, & ce n'est autre que...

doggy.PNG

...Sykes !

  Ce cabot est tout simplement adorable, il a vraiment sa place au sein du casting & dans la série : de quoi faire de l'ombre à Uggie l'artiste ! Mais bon, mon animal favori reste tout de même le Ben Jones des Bois.

benofhoods.PNG

"Ben, mon DS Ben, ne vois-tu rien venir ?

Je ne vois que les feuilles qui verdoient & les glands qui glandouillent Chef !"

 

Puis bon, fait relativement rare de par mon expérience des polars & séries du même poil, je n'avais pas trouvé l'identité du tueur. Signe d'un travail bien foutu & d'une intrigue rondement menée; avec son lot de surprises, de sang & d'humour...vivement la suite !

ahouaislol.PNG

& toi là, t'as intérêt à avoir aimé cet article, sinon..."couic" !


Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Midsomer Murders
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 16:20

Ce que j'admire le plus avec cette série, c'est la constance de l'excellence des épisodes; même si on peut subjectivement être amené à avoir un ou deux épisodes préférés, objectivement parlant, cette série est d'une incroyable continuité dans la perfection. (Ouch, j'y vais fort là...mais c'est tellement vrai.)

 

IloveSherlock.PNG

 

Quiconque connait un minimum l'oeuvre de Conan Doyle sait forcément que les chutes de Reichenbach sont synonymes de mort...aussi bien pour Sherlock Holmes, que pour sa Némésis, le professeur Moriarty. J'étais un peu dubitative quant au sort de ces deux personnages, étant donné que je voyais mal Steven Moffat & Mark Gatiss se contenter de nous les noyer, de surcroit en Suisse alors qu'il y a certainement des tas de trucs plus palpitants à faire à Londres (au XXI°s. entendu...)

 

& effectivement, l'explication du titre de l'épisode se cantonnera en réalité au fait que Sherlock ait retrouvé le tableau éponyme de Turner. Bon...on se doute toutefois que quelqu'un va bien trépasser ou que quelque chose de grave va survenir, car l'épisode s'ouvre sur notre Jonh Watson aux petits pieds poilus (hobbiiiiit !) qui dit à sa psy que Sherlock est...mort.

Moriarty fait son come-back dans le crime organisé, en attaquant simultanément la Banque d'Angleterre, la prison de Bentonville ainsi que la Tour de Londres...tout seul. La police le retrouve d'ailleurs aussi sur le trône, coiffé de la couronne & recouvert de divers joyaux royaux...Sherlock témoigne au procés, mais Mory ayant bien sûr menacé les jurés, celui-ci est acquitté. S'ensuit un combat terrible, que dis-je, une mise à mort véritable de Holmes...car Moriarty arrive à convaincre peu à peu les forces de police, ainsi que l'opinion publique, que notre sociopathe de consultant en crime n'est autre que l'instigateur des crimes & délits qu'il parvient à résoudre ! Si bien qu'il va se retrouver seul contre tous, à l'exception de Watson (évidemment), Molly, Lestrade & Mme Hudson. John, dans sa quête de la vérité, parvient à comprendre que c'est grâce à Mycroft que Moriarty a pu avoir les informations nécessaires pour précipiter la chute du célébre détective, bien qu'il ne fusse pas dans l'intention de Crofty de nuire à son frangin. Toutefois, le mal est fait & John & Sherlock se retrouvent traqués par la police.

 

Sherlock, pressé d'en découdre contre Moriarty, lui donne rendez-vous sur le toit d'un hopital & lui démontre qu'il a compris le code que celui-ci lui avait adressé quand il était venu au 221b Baker Street juste après son acquittement, sur une mélodie de Bach, constituant en réalité un code binaire. Code qui permettrait l'accés au logiciel ayant permis au criminel de pouvoir déjouer plusieurs systèmes de sécurité au même moment. Cependant, Mory se moque de Sherlock, en disant que finalement, ce fameux logiciel n'existe pas & que rien ne vaut la bonne vieille complicité humaine pour semer la pagaille. & comme Moriarty est un timbré, il demande à Sherlock de sauter du toit, sans quoi des tireurs d'élite postés par ses soins descendront ses seuls amis : Watson, Lestrade & Hudson. Celui-ci refuse, arguant du fait que tant qu'il aura Mory sous la main, ses hommes ne pourront rien faire. Mais c'était sans compter sur la perversité de James, qui se tire une balle dans la carafe, sous le regard impuissant de Sherlock...

 

...qui pige alors qu'il n'a plus que comme solution de sauter.

 

sherlock-death.png

 

& de dire à Watsy, via téléphone, qu'il n'était qu'un escroc & tout le blabla que Moriarty voulait qu'on pense de lui. Ce que John refuse catégoriquement d'admettre. & puis...

 

sherlockdead.png

"...mon meilleur ami est mort."  

 

Bien sûr, on se doute bien que Sherlock n'est pas mourru; ceci pour plusieurs raisons : parce que même si Sherlock meurt noyé avec Moriarty dans les fameuses chutes, Conan Doyle a bien fini par ressuciter son détective. Mais surtout, ce serait vraiment se tirer une balle dans le pied que de trucider son personnage principal dés la saison 2. & enfin, on se doute bien que Sherlock avait anticipé ce petit saut, puisqu'il en a touché due xou trois mots à Molly, qui a dû lui concocter je ne sais quelle potion magique pour nous le remettre d'aplomb ou lui donner un petit air de mort histoire de.

Quand bien même (& même si Sherlock garde un oeil sur Watsy s'adressant à sa tombe, d'un coin du cimetière), Martin Freeman est touchant dans son refus de voir un imposteur dans le génie de Sherlock...& plus encore quand il lui demande "d'arrêter d'être mort".

 

sherlocksgrave.PNG

 

Maintenant, je suis curieuse de voir la saison 3, pour voir comment va se goupiller le retour de Sherlock...mais surtout pour voir la réaction de Watson !

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Sherlock
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 22:04

J'ai fini de regarder Ashes to Ashes. & je crois n'avoir été de ma vie autant inconsolable à la fin de l'épisode final d'une série, me noyant de désespoir sous une montagne de kleenex usagés, tout en pleurant de rire. Parce que bon, faut bien concéder aux Rosbifs (je me permets, parce que qu'est-ce qu'on en a bouffé du "frogies" dans la série !) qu'ils arrivent à nous fagoter des trucs qui nous arrachent un sourire, tout en nous déchirant le coeur.

 

Parce que A2A, c'était : du rire, de la tristesse, du WTF?, de la colère, de la frustration, des espoirs déçus & un truc bizarre mêlant un chagrin sans borne & une euphorie retenue.

 

A2A.2.png

 

Pourtant, c'était mal barré. Je n'avais d'emblée aucune empathie pour le personnage d'Alex Drake, qui m'a de prime abord semblé totalement superficielle & bien trop condescendante pour qu'elle suscite le moindre intérêt chez ma noble personne. Les premières minutes du premier épisode ont été consacré à la charger des pires défauts du monde, tant & si bien que j'ai presque été soulagée qu'elle se fasse descendre. Le fait qu'elle laisse une gamine (la sienne, en l'espèce) consulter des dossiers médicaux (donc confidentiels, en principe hein...faute professionnelle que j'appelle ça moi.) & les commenter m'a tout simplement été insupportable. & puis tout bonnement qu'elle laisse sa mioche à proximité d'une prise d'otage, mouais bon, bref (faute professionnelle vous dis-je !). Roh & puis dites-moi, une flic qui emmène sa moutarde dans un véhicule de police, ça ne s'appelerait pas un abus de bien social par hasard ? ...bon, je dois avouer que je ne l'ai pas gâté. Autant j'avais de suite flashé sur Sam, autant Alex a vraiment dû faire ses preuves pour me convaincre. Ce qui ne tarda pas à se réaliser.

Parce que Alex Drake toute seule, c'est une chose. Mais alors Alex Drake en compagnie de Gene Hunt, c'en est une autre. & puis ces deux là, ils font la paire; mais alors un duo...vous savez, ce genre de relation...fusionnelle bien qu'antinomique. & davantage même que ce n'était le cas avec Tyler (ce que je pensais quand même difficilement réalisable.)

Outre l'osmose (hmhm) entre Gene & Alex, ce qui m'a plu (malgré ce démarrage poussif, je suis un diesel, que voulez-vous.), c'est que celle-ci ait une démarche que j'aurai potentiellement pu adopter si j'avais été à sa place. La rigueur, les interrogations, la quête de corrélation et tout le tralala. Déformation professionnelle, typique. Pourtant, & c'est ce qui distingue diamétralement Alex de Sam, c'est que cette dernière n'a jamais douté de sa présence en 1981 : c'est-à-dire temporaire, le temps qu'elle sorte du coma. Le délai serait juste déterminé par sa capacité à trouver le moyen de rejoindre le monde "réel". Alors que ce pauvre Sammy s'imaginait quand même à moitié siphonné, & ne savait plus à quel monde se vouer : la réalité se trouve-t-elle en 1973 ou en 2006 ?

Drake sûre d'elle, Tyler totalement perdu.

Vu la démarche adoptée par l'héroïne dans A2A, il était serait légitime de penser que celle-ci serait à bien de se sortir de là (= le monde "onirique" que son petit cerveau tordu lui aurait concocté, sur le calque de celui de Sammy, juste histoire qu'elle ne s'ennuie pas trop pendant que des chirurgiens lui trifouillent les tissus mous, à la recherche d'une balle.)

C'est ce que je pensais. Au moins le temps de la première saison. Puis c'est devenu un peu (franchement) moins évident dans la saison 2. J'ai dû élaborer une autre théorie à la fin de celle-ci, jusqu'à cette claque, infligée par la saison 3.

 

Je déconseille vivement de lire ce qui va suivre à tous ceux qui n'auraient pas vu la série & qui compte la regarder un jour.

Donc : l'épisode 8 de la saison 3, FIN.

 

En fait ma théorie, jusqu'à la saison 2 grosso modo, c'était que Alex Drake allait bel & bien rentrer chez elle. Il y a eu le début de la saison 3 me confirmant de cette position, comme les épisodes 2 & 3, où Ray & Shaz semblent arriver en "bout de souffle" (avec cette seconde flippante où un gros plan est fait sur leur visage, se fondant sur un arrière-plan noir). Comme si ils commencaient à s'effacer, ce qui étaierait la thèse des constructions mentales s'effondrant à l'approche du réveil véritable. Bien qu'il me semblait étrange que des constructions mentales puissent être autonomes du sujet les dessinant. Mais le fait que les personnages partagent avec Alex des "visions" (cf Shaz en train de mourir, réclamant à Chris de chasser le clown, symbole de la mort selon notre héroïne, me semblait-il...) appuiaient davantage la théorie du subconscient facétieux. M'enfin bref, passons...l'épisode qui m'a fait tiquer, c'est le quatrième, c'est-à-dire celui dans lequel il y a cette flic infiltrée. & notamment quand celle-ci demande si elle peut "rentrer" chez elle. Requête ô combien de fois exprimée déjà ! & puis Jim Keats. Allié ou ennemi ? Mon opinion s'est faite d'emblée, étant donné que je voue une loyauté aveugle à Gene; mais surtout étant donné les ondes malsaines que ce type dégage. Le truc de prendre le visage des mourants entre ses mains & de les fixer comme il le fait, ça m'a filé les miquettes, je le confesse. Outre la volonté qu'il a de détruire Gene (ce n'est pas le premier me direz-vous...)

La mort de Viv a été un élément très déstabilisant également. Si Alex a bien calqué (bien qu'inconsciemment, de toute évidence) le schéma de ses "constructions mentales", comme elle aime à les appeler, sur celles décrites par Sam, comment se fait-il que Viv trouve la mort en 1983, alors qu'elle a dû lire dans le dossier que celui-ci ne mourrait qu'en 2006 ? Voilà qui défit toute logique, mais bon, il n'est pas prouvé que le cerveau soit exempt de ce genre de défaut, loin s'en faut...

 

Ce qui m'a donc amené à remodeler ma théorie : Gene & Cie ne sont non pas des constructions mentales de Alex, mais...des gens étant dans le coma, dont les...âmes, esprits ?...se retrouvent jenesaistropoù & jenesaispascomment. Ce sont les étoiles vues par Shaz & Ray, ainsi que Alex elle-même, qui ont fait aboutir à cette théorie bancale. Certes, mais théorie tout de même. & dieu seul (ainsi que les gens qui ont vu cette série, haha...) sait que je n'était pas si loin de la vérité, mais en même temps tellement à des années lumières de me douter de la vérité. Le personnage de Summers m'amena sans doute à celle-ci, semblant vraisemblablement être en train de mourir dans une chambre à proximité de celle de Drake, dans le monde des "vivants" dirons-nous. (enfin dirais-je, déformation universitaire que l'emploi de la troisième personne & non pas preuve de mégalomanie...anyway...) Mais là encore, théorie fumeuse si l'on prend la peine d'y songer, car si Viv meurt bel & bien pendant le coma de Sam, il aurait été totalement improbable, si ce n'est impossible, que celui-ci rencontre celui qui fit son mentor dans sa version subconsciente de 1973. & encore moins pour ce qui concerne Alex en 1981 ! Se pose également la question de la temporalité. Encore si celle-ci n'est point problématique dans le cadre de la théorie dite subconsciente, car déservant l'intérêt du personnage plongé dans le coma en le stimulant intellectuellement afin qu'il reprenne conscience, autant n'a-t-elle aucun sens si les personnages sont censés être simultanément dans le coma : en quoi cela les aideraient-ils, d'être tous ensemble, à un moment donné qui ne semble opportun qu'à l'évolution d'un seul d'entre-eux ? Se poserait également la question de l'intéractivité entre ceux-ci & de la linéarité & équivalence temporelles. D'autant plus que si 1 seconde de 2006 = des jours, des semaines ou des années, que sais-je encore (je m'y perds un peu...) dans les 70's, quid des dates d'entrée potentielles dans le coma de Shaz, Ray, etc...?

 

Autant de questions restant sans réponse jusqu'à cet épisode final aussi émouvant qu'époustouflant. Drake pensait revenir afin d'accomplir une dernière mission, au service des flics de Fulham. Notamment en faisant la lumière sur la mort mystérieuse de son prédécesseur, aiguillé par Keats sur l'éventuelle culpabilité de Gene. Sans oublier ce fameux fantôme de Bobby qui la hante. On sent que l'étau se resserre autour de Gene; mais également de Chris, Shaz & Ray, totalement troublés par cette galaxie qu'ils ont pu entrevoir mais également par d'hallucinations sonores dont ils furent victimes (Chris entendant Nelson, le barman de LoM, lui demander ce qu'il compte boire par exemple...) & qui sont livrés à eux-mêmes afin de résoudre une ultime enquête, tandis que Gene cavale après une Drake déterminée à découvrir ce qui a pu se passer dans le Lancashire, guidée par la fameuse photo d'une ferme & de la légende au dos de celle-ci indiquant que s'y trouve une tombe.

On ne peut que remarquer que cet épisode n'a plus rien d'un polar mais fait basculer la série dans le fantastique le plus total, notamment quand Ray décide de regarder la vidéo le concernant laisser par Keats, & n'est rien d'autre qu'un film sur...son suicide. Suicide motivé par une dépression consécutive à la mort d'un jeune, sur lequel Carling aurait passer sa frustration de ne faire que partie de la police & non de l'armée, & d'avoir ainsi déçu son père. Notre moustachu préféré va trouver son meilleur pote pour lui glisser la vidéo que Keats a laissé à son intention entre ses mains & lui conseiller, d'un air grave, de la regarder. Chris s'exécute, & découvre qu'il est mort au cours d'une fusillade, à cause de la trop grande confiance qu'il avait dans son supérieur. Il va pour regarder dans la foulée la vidéo concernant Shaz, mais Ray l'en dissuade & celle-ci se retrouve seule face à la télévision, pour se voir poignardée (avec un tournevis) lors de l'interpellation d'un voleur de voiture...en gros, en faisant son devoir de flic. Alors que les deux hommes ont affronté silencieusement leur mort, la petite brune extériorise sa peine dans un long cri déchirant, réalisant qu'elle n'a rien vécu & que sa vie s'est en réalité arrêtée alors qu'elle n'avait que 26 ans; & en principe encore tout l'avenir devant elle pour se marier, avoir des enfants, etcetc...

 

sharondeath.png

 

Entre temps, la super flic/"psychiatriste" est arrivée à la fameuse ferme & commence à creuser au pied d'un épouvantail portant l'uniforme du fantôme la hantant (d'où le fameux 6620) malgré un Gene la menaçant pour qu'elle arrête. Elle y trouve effectivement un cadavre, confirmant les soupçons qu'elle avait quant à l'implication de Hunt dans la disparition de Tyler, pensant qu'il s'agit du corps de ce dernier. Mais elle déchante rapidement en trouvant des papiers d'identité dans la "fosse", indiquant que le tas d'os n'était autre que...Gene Hunt ! A l'instar de ses homologues, le Lion de Manchester est décédé, fauché par une balle, alors qu'il n'était que tout jeune Bobby...en 1953 ! Mort que Gene lui-même avait accessoirement oublié, à force de s'être forgé en un flic tel qu'il les concevait quand il était entré au service des forces de l'ordre de sa majesté, c'est-à-dire en sorte de shérif sortant tout droit des westerns qu'il affectionne tant, sauvant la veuve & l'orphelin en défonçant les portes à coup de savate & en tirant un peu sur tout ce qui bouge.

 

YoungContestablHunt.png

 

Survient Keats, qui accuse Gene de savoir depuis le début que toute son équipe était composée de morts & de leur avoir caché afin que ses très fidèles flics restant à ses côtés pour l'éternité. Quelle tristesse que de voir le "patron" effondré, totalement sonné par ces révélations. Shaz, Ray & Chris choisissent donc de choisir Keats, leur promettant une vie...enfin, façon de parler...meilleure. Seule Alex reste aux côtés d'un Gene abattu, & le remotive, afin de conclure l'enquête que ses hommes étaient sur le point de boucler. Une lueur d'espoir subsiste, car Chris a embarqué un talkie, & alors que celui s'apprête à suivre Keats, en compagnie de Ray & Shaz dans un ascenseur qui n'augure rien de bon. (l'attitude diabolique & diabolisante de Jimbo + le fait qu'il ait été aux côtés de presque chaque flic qui soit passé dans le dark side qu'on voit mourir dans la saison 3 + le rêve de Chris, dans lequel il voyait Viv brûler dans des flammes = si l'ascenseur descend, je pense que c'est pas forcément super bon signe.), Gene improvise un petit speech afin de rappeller ses troupes à lui. Rien de bien grandiloquent, pas de promesse de monzémerveilles mais tout simplement du Gene Hunt. Pas de blingbling ni de philosophie de comptoir, que de la spontanéité & malgré tout de l'amour (parce qu'il les aime sacrément ses pioupious le gars Hunt, sous ses aires d'ours mal léché !)

Shaz radine, dans les vêtements de l'hôtesse de l'air retrouvée morte au début de l'enquête ("je porte les vêtements d'une morte, quoi de plus approprié ?"), ce qui n'est pas sans rappeller le premier épisode de ce spin off, quand Shaz amène des fringues à une Alex habillée en Dame de petite vertu...fringues d'une dame écrasée sous un bus.

Puis enfin Chris & Ray, qui arrivent juste à temps pour passer les menottes aux supers vilains qui étaient sur le point de se faire la malle. Là, petit pincement au coeur, parce qu'ils sont tous revenus. Tant de loyauté, c'est magnifique.

 

deadQuattro.jpg

Même la Quattro est restée jusqu'au bout...

 

Bref...enquête finie, tout le monde est là, cela signifie un happy end au pub ! Au pub de...Nelson, le Railway Arms !

Je dois vous avouer que c'est à cet instant que j'ai fondu comme une pauvre guimauve; quand Ray fait sa "chochotte" en avouant son admiration à Gene, Shaz dit à Chris qu'elle a toujours aimé & quand ces 3 se prennent le bec (une fois n'est pas coutume) en entrant dans le pub. Parce que bon, c'est la fin. Gene l'avait dit à Alex, la dernière fois qu'il a vu Sam, c'était au pub. On se doute bien que ce pub doit être une sorte de passage vers l'au-delà (mon dieu, je parle comme si je m'étais évadée de Ghost Whisperer !)

 

Railway_Arms.png

Pub = Paradis...so british !

 

Alex s'en réjouit, elle pense alors avoir accompli sa mission. Mais Gene lui fait comprendre, qu'elle devrait, elle aussi, entrer dans le bar. & là, Alex comprend. Elle comprend que dés son arrivée en 1981, elle était morte (elle l'avait d'ailleurs très bien compris, quand sur le tableau, elle avait marqué Dystopia / Everything is significant / Analysis at all times / Destiny.) En résumé, elle nous a fait un bon gros déni de...mort. Alors que ses pairs de la Met' ont assimilé rapidement la nouvelle, ayant oublié toutefois qu'ils étaient décédés, Alex quant à elle refusait de voir l'évidence.

On peut alors se demander à quoi sert ce monde dans lequel se retrouvent les morts ?! Tout semble clair comme de l'eau roche : ce monde sert à être ce que l'on aurait pu ou ce que l'on aurait dû être; tout en arrivant à être en paix avec soi-même. Aussi Ray s'est-il suicidé après avoir tabassé quelqu'un, mais surtout en raison de la piètre opinion que sa famille semblait avoir de lui du fait qu'il n'était pas militaire. Le moustachu a bien évolué depuis le début de la série, montrant parfois même un côté fragile (cf la scène inoubliable de la chaussette avec la prostituée...) mais essentiellement en (re)trouvant une certaine estime de soi, crevant l'abcés de sa frustration quant à sa famille en l'extériorisant mais surtout en entendant le fameux "Well done Ray." Chris, quant à lui, a été abattu en suivant les consignes de son supérieur, bien qu'il y fut hostile. Il a fallu attendre l'avant dernier épisode de la série pour voir le gringalet (mais ce n'est pas péjoratif, je le trouve diablement chou...) s'affirmer face à Gene, en contestant son autorité. Pour Shaz, il aura fallu qu'elle menace de partir de la police & que Gene lui promette une promotion pour qu'elle se sente valorisée, & non plus comme la vulgaire dactylo...bref, qu'elle vive (...) ce pourquoi elle était entrée dans la police.

Quid de Gene & Alex ? Commencons par notre emmerdeuse à talons aiguilles...il me semble que tout ce qui à trait à la mort de ses parents n'est que secondaire quant à son but dans toute cette histoire, & que tout ce qui est en rapport avec la corruption (thème cher à la série, l'opération Mars sur les erreurs policières ayant fait sortir Sam du coma...) semble un peu plus en rapport avec une recherche de la vérité. Cependant, il apparaît que la présence d'Alex fut l'élément déclencheur de ce processus vers la réalité, aussi morbide fut-elle. C'est elle qui a conduit Gene dans ses retranchements (& ils ont fini par s'embrasser ces 2 cocos !), & qui a, en quelque sorte, soutenu Jim Keats dans ses investigations.

Quant à Gene, il me semble qu'il y a un épisode dans lequel il balance pour déconner comme quoi il serait Saint Pierre. Non pas que je sois super férue des métaphores religieuses, il me semble cependant opportun de mettre le doigt sur la dualité Hunt vs Keats, Hunt apparaissant comme un ange gardien & Keats comme le malin. Gene parait même partager une double fonction : ange gardien & passeur de morts, à l'instar de Charon. Ange gardien, en guidant les âmes dont il a la charge à la vérité & en les gardant de tous troubles (c'est-à-dire les empêchant de "dévier du bon chemin", comme ce fut le cas quand il garda Chris dans sa section après sa trahison (dieu sait ce qu'il serait advenu de lui, sans doute serait-il tombé dans les griffes d'un quelconque Keats ?) ou encore quand il insista à la mort de flics comme quoi ceux-ci avaient de bons policiers dans le passé ou malgré tout (pour éviter à leurs âmes le tourment éternel ?); Charon, en ce sens que c'est lui qui les accompagnent jusqu'au pub de Nelson, l'étape ultime du voyage.

 

happyendanyway.png

 

Voila grosso modo ce que j'ai à dire de Ashes to Ashes, & il reste encore tellement à raconter...j'ai lu sur le net que certains rapprochaient les gimmicks des personnages, ou même tout simplement le scénario, au Magicien d'Oz. J'ai trouvé l'idée intéressant quoi qu'un peu saugrenue. Un jour, peut-être, je ferai un article avec cette double lecture de la série...

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Ashes to Ashes
commenter cet article