Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 16:20

Ce que j'admire le plus avec cette série, c'est la constance de l'excellence des épisodes; même si on peut subjectivement être amené à avoir un ou deux épisodes préférés, objectivement parlant, cette série est d'une incroyable continuité dans la perfection. (Ouch, j'y vais fort là...mais c'est tellement vrai.)

 

IloveSherlock.PNG

 

Quiconque connait un minimum l'oeuvre de Conan Doyle sait forcément que les chutes de Reichenbach sont synonymes de mort...aussi bien pour Sherlock Holmes, que pour sa Némésis, le professeur Moriarty. J'étais un peu dubitative quant au sort de ces deux personnages, étant donné que je voyais mal Steven Moffat & Mark Gatiss se contenter de nous les noyer, de surcroit en Suisse alors qu'il y a certainement des tas de trucs plus palpitants à faire à Londres (au XXI°s. entendu...)

 

& effectivement, l'explication du titre de l'épisode se cantonnera en réalité au fait que Sherlock ait retrouvé le tableau éponyme de Turner. Bon...on se doute toutefois que quelqu'un va bien trépasser ou que quelque chose de grave va survenir, car l'épisode s'ouvre sur notre Jonh Watson aux petits pieds poilus (hobbiiiiit !) qui dit à sa psy que Sherlock est...mort.

Moriarty fait son come-back dans le crime organisé, en attaquant simultanément la Banque d'Angleterre, la prison de Bentonville ainsi que la Tour de Londres...tout seul. La police le retrouve d'ailleurs aussi sur le trône, coiffé de la couronne & recouvert de divers joyaux royaux...Sherlock témoigne au procés, mais Mory ayant bien sûr menacé les jurés, celui-ci est acquitté. S'ensuit un combat terrible, que dis-je, une mise à mort véritable de Holmes...car Moriarty arrive à convaincre peu à peu les forces de police, ainsi que l'opinion publique, que notre sociopathe de consultant en crime n'est autre que l'instigateur des crimes & délits qu'il parvient à résoudre ! Si bien qu'il va se retrouver seul contre tous, à l'exception de Watson (évidemment), Molly, Lestrade & Mme Hudson. John, dans sa quête de la vérité, parvient à comprendre que c'est grâce à Mycroft que Moriarty a pu avoir les informations nécessaires pour précipiter la chute du célébre détective, bien qu'il ne fusse pas dans l'intention de Crofty de nuire à son frangin. Toutefois, le mal est fait & John & Sherlock se retrouvent traqués par la police.

 

Sherlock, pressé d'en découdre contre Moriarty, lui donne rendez-vous sur le toit d'un hopital & lui démontre qu'il a compris le code que celui-ci lui avait adressé quand il était venu au 221b Baker Street juste après son acquittement, sur une mélodie de Bach, constituant en réalité un code binaire. Code qui permettrait l'accés au logiciel ayant permis au criminel de pouvoir déjouer plusieurs systèmes de sécurité au même moment. Cependant, Mory se moque de Sherlock, en disant que finalement, ce fameux logiciel n'existe pas & que rien ne vaut la bonne vieille complicité humaine pour semer la pagaille. & comme Moriarty est un timbré, il demande à Sherlock de sauter du toit, sans quoi des tireurs d'élite postés par ses soins descendront ses seuls amis : Watson, Lestrade & Hudson. Celui-ci refuse, arguant du fait que tant qu'il aura Mory sous la main, ses hommes ne pourront rien faire. Mais c'était sans compter sur la perversité de James, qui se tire une balle dans la carafe, sous le regard impuissant de Sherlock...

 

...qui pige alors qu'il n'a plus que comme solution de sauter.

 

sherlock-death.png

 

& de dire à Watsy, via téléphone, qu'il n'était qu'un escroc & tout le blabla que Moriarty voulait qu'on pense de lui. Ce que John refuse catégoriquement d'admettre. & puis...

 

sherlockdead.png

"...mon meilleur ami est mort."  

 

Bien sûr, on se doute bien que Sherlock n'est pas mourru; ceci pour plusieurs raisons : parce que même si Sherlock meurt noyé avec Moriarty dans les fameuses chutes, Conan Doyle a bien fini par ressuciter son détective. Mais surtout, ce serait vraiment se tirer une balle dans le pied que de trucider son personnage principal dés la saison 2. & enfin, on se doute bien que Sherlock avait anticipé ce petit saut, puisqu'il en a touché due xou trois mots à Molly, qui a dû lui concocter je ne sais quelle potion magique pour nous le remettre d'aplomb ou lui donner un petit air de mort histoire de.

Quand bien même (& même si Sherlock garde un oeil sur Watsy s'adressant à sa tombe, d'un coin du cimetière), Martin Freeman est touchant dans son refus de voir un imposteur dans le génie de Sherlock...& plus encore quand il lui demande "d'arrêter d'être mort".

 

sherlocksgrave.PNG

 

Maintenant, je suis curieuse de voir la saison 3, pour voir comment va se goupiller le retour de Sherlock...mais surtout pour voir la réaction de Watson !

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Sherlock
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 13:09

Beau cadeau de nouvel an que nous fait la BBC en nous offrant la saison 2 de Sherlock, qui est en plus aussi bien voire meilleure que la première ! D'autant plus que les épisodes 1 & 2 introduisent des personnages "célébres" dans l'oeuvre originale :

Irène Adler.

ireneadler.png

& Henry Knight. (à rapprocher de Sir Henry Baskerville)

henrybaskerville.png

Ooooh, mais c'est "Allons-y Alonso" !

 

On y retrouve Moriarty, même sous forme d'hallucination (& c'est à ce moment que l'on se rend compte que Sherlock à vraiment la trouille de Mory, bien plus qu'un adversaire, il représente une réelle menace. En même temps, ce terroriste a failli faire exploser son Watsy, c'est donc bien compréhensible !). Hé bien pépére, qu'il soit en chair & en os ou qu'une suggestion de l'esprit dérangé de ce grand sociopathe de Sherlock, il est toujours aussi...expressif.

 

moriarty-hound.png

Grrrrrr.

 

 

Mes deux passages coup de coeur pour ces deux épisodes ? Il y a évidemment le (presque) final de l'épisode 201, où Sherlock trouve le code pin de cette chère Irène...

sherlocked2.png

"Elementary, my dear...Irene."

 

Je ne parlerai même pas du drap de Sherlock....no words needed !

 

 


 

& évidemment, cet instant nougatine qui aménera Sherlock à avouer tout son amour à John, ce dernier laissant entendre l'éventualité que Holmes ait des amis...(bon, je ne l'ai pas trop gâté sur la screen cap, je le concède, mais elle me fait rire...)

desamis.PNG

Seigneur ! Sherlock, avoir des amis ? Quelle drôle d'idée, c'est un truc bon pour le commun des mortels ce genre d'âneries !

idonthavefriends.PNG

Priceless.

 

Bon, du coup, Watsy, il boude un peu & ça se comprend. Sherlock, malgré son sens (paradoxalement) peu aigüe des relations humaines s'en rend compte & tente de s'expliquer :

idonthavefriends2.PNG

"I don't have friends. I just got one."

ijustgotone-copie-1.PNG

"...right."

 

Mais...mais...ils sont trop chouuuuux ! Surtout Sherlock, qui semble si insensible & froid & qui se la pète (comme le lui fait d'ailleurs remarquer John, avec son "truc de remonter le col de sa veste et tout") car étant capable à partir d'un ongle de gros orteil de vous déduire qu'un jockey a été décapité dans un montagne russe avec la chaîne en or d'un collier fabriqué par un joaillier français. Sauf que cette grande saucisse, quand il s'agit d'exprimer ce qu'il ressent vraiment, de mettre des mots sur les émotions qu'il dédaigne tant, il est d'une maladresse...attendrissante.

Si vous en doutiez encore après l'avoir vu en compagnie de Miss Adler, cette fois c'est sûr : Sherlock Holmes est humain.

 

La minute qui me tarabiscote le plus ? Celle où l'on voit Mycroft en compagnie de Moriarty...& qui semble détenir ce dernier. Que cela signifie ? Est-ce que Moriarty était déjà sous le contrôle de Mycroft avant que Sherlock ne résolve l'affaire, ou non ? & si c'était le cas, Crofty a-t-il utilisé le portable de Arty (mon dieu, ces surnoms à la noix que je leur donne !) pour voir si Sherlock était vraiment fiable ? Mystère...

 

sherlockmycroftmoriarty.png

Repost 0
Published by Lady Sweeney - dans Sherlock
commenter cet article